Gaétan KABASHA

General

De transición en transición

Escrito por gaetan 20-08-2013 en General. Comentarios (0)

Centroáfrica: De transición en transición

Lo que pasa en la República centroafricana parece un laboratorio de nuevos sistemas de gobierno. Solamente los actores de este sistema lo entienden. Resulta que desde el 24 de marzo, fecha de la toma del poder por la coalición seleka, el país ha estado en una transición de la transición. Un algo desconocido hasta ahora en los sistemas políticos pero que ya existe puesto que acabamos de experimentarlo. ¿De qué setrata en realidad?

El 24 de marzo, Seleka expulsa militarmente al presidente Bozizé; deshace el ejército nacional que desaparece literalmente de la circulación; suspende la constitución, el parlamento y todaslas instituciones. El aparato del Estado desaparece o se debilita seriamente. Entre tanto, los archivos nacionales, provinciales y comunales están quemados o destruidos. La administración territorial se esfuma. Nada o casi nada queda en pié. Djotodia se auto-proclama presidente del país. Inicialmente, en su discurso, hace entender que durará tres años como presidente de transición, gobernando con decretos presidenciales. Algo inaudito en el siglo 21.

Los países vecinos exigieron directamente una transición de 18 meses. Un asamblea nacional constituida pordiversas sensibilidades tenía que actuar como parlamento de transición, elegir al presidente de transición y guiar el país hasta las elecciones. El primer ministro de consenso según los acuerdos de Libreville antes del golpe de Estado iba a seguir con un gobierno de transición. Todo era transitorio al menos durante 18 meses.

La asamblea nacional se puso en marcha y eligió a Djotodia como presidente de transición. El gobierno varias veces renovado también se puso en marcha. Todo parecía que la transición estaba avanzando. Cinco meses después, los centroafricanos aprenden que la transición no había empezado todavía. Durante todo este tiempo, el país estaba en un vacío institucional y jurídico, un algo desconocido, una pre-transición quizá.

En efecto, puesto que se había suspendido la constitución que es la base de todas las leyes, jurídicamente, no había marco legal para las instituciones. Solamente los acuerdos de  Libreville pero esos acuerdos no sustituyen la constitución. En la lógica de seleka, ha sido necesario confeccionar una constitución de transición, para que, siguiendo ésta, preste juramento el presidente de transición, y que empiece realmente la verdadera transición. Un puzle difícil de descifrar. Según esta lógica, es ahora, el 18 de agosto que empieza la transición de 18 meses exigidos por les presidentes de la región. O sea, antes, el país no tenía instituciones oficiales.

La consecuencia de esta lógica puede ser de índole jurídica. Si los cinco meses pasados no entran en la transición puesto que no había una constitución que regula la vida del país,  todos los crímenes cometidos no tienen responsables oficiales. En el mejor de los casos, tendrán responsables individuales pero no institucionales. Ningún responsable del país podrá responder del caos que ha reinado durante todo este tiempo puesto que no había autoridad pública ni leyes para evitarlo. Todas las instituciones transitorias públicas empiezan con el juramento del presidente y la puesta en marcha de la constitución transitoria. Punto final.

El período antes del 18, se puede llamar sencillamente anarquía. Se llama anarquía todo sistema de poder caracterizado por el desorden  a causa de la ausencia de toda autoridad o marco jurídico. Quién será responsable de los centenares de muertes en todo el país? ¿de los pueblos enteros quemados? ¿de la falta de medicamentos para enfermos crónicos por cierre de carreteras? ¿de las violaciones? Solamente los juristas nos pueden aclarar!!!

Ahora bien, empezamos la transición oficial. Pero ¿estamos seguros de que acabará dentro de 18 meses? La gente se hace preguntas. La situación del país no es nada segura. Nada indica que dentro de este tiempo, el país habrá recuperado la seguridad y la confianza en las autoridades. En las provincias, siguen reinando los señores de guerra. En todos los rincones, hay barreras para pedir molestamente dinero al pueblo sencillo. Las violaciones de los derechos humanos siguen. Hasta la ONU se inquieta.

Por otro lado, todo es transición. Desde el gobierno hasta la presidencia, pasando por el ejército, la constitución, el parlamento etc. Todo es transición. Habrá que hacer una constitución de consenso, un ejército nacional, una policía nacional, una estructura jurídica nacional, un censo nacional antes de llegar a las elecciones. ¿Y quién garantizará la transparencia de las urnas si el ejército y la policía son todavía bandas armadas sin cohesión ni sentido de Estado?

El trabajo es todavía muy arduo. Esperemos que la Unión africana y la ONU refuercen su presencia para ayudar a este pueblo a salir del atolladero.

Gaetan

Centroáfrica: fiesta de la independencia

Escrito por gaetan 13-08-2013 en General. Comentarios (0)

La fiesta de la independencia bajo el mando seleka.

El 10 de noviembre de 1946, un sacerdote católico, con el acuerdo con su obispo, deja el cargo de cura y se consagra a la política centroafricana. Se trata ni más ni menos de Barthélemy Boganda. Nacido el 4 de avril de 1910 en la localidad de Bobangui, en lo que se llamaba entonces Oubangui-Chari, bajo la colonización francesa, Boganda será el icono de toda una nación. A partir de aquella decisión de dejar el ministerio sacerdotal, Boganda se entrega enteramente a la causa de su pueblo y de toda África central.

Deviene diputado, miembro de la comisión de los territorios de Ultra-mar en 1946; denuncia públicamente los males de la colonización en 1947; es nombrado alcalde de Bangui en 1956. Su ascensiónle preparaba a la magistratura suprema. Sus cualidades y su potencial intelectual eran sus armas. En 1958, se entrevista con el entonces presidente francés Charles de Gaulle. El 1 de diciembre del mismo año, Boganda se convierte en el primer ministro, jefe de gobierno de la nueva declarada República Centroafricana.

El 29 de marzo de 1959, Boganda muere en un misterioso accidente de avión. Nadie ha visto nunca su cuerpo. Ninguna investigación ha podido aclarar lo ocurrido. Los sueños de un país desaparecieron con el hombre que había encarnado todo un ideal de dignidad, de desarrollo y de verdadera independencia.  Puede ser que los enemigos del pueblo africano hayan querido su muerte para acabar con toda idea de independencia real. El 13 de agosto de 1960, se proclamaba finalmente la independencia de la República centroafricana pero con la muerte de su fundador, los sueños no eran los mismos.

Boganda ha quedado en la memoria colectiva como un hombre político consumado, inteligente; un leader incontestable que era capaz de llevar a su país a la prosperidad. Su muerte ha supuesto la muerte en vida de la nueva República. Pero su nombre ha quedado como recuerdo y ejemplo de valentía y honor.

El 13 de agosto de 1960, la República Centroafricana se convierte en un país independiente. Francia se retira de la administración colonial y deja el paso a los hijos autóctonos. Sin embargo, quedan muchos acuerdos bilaterales que mantienen la presencia de Francia en Centroáfrica de una manera u de otra. Francia mantendrá las bases militares hasta 1998 aunque en realidad, nunca ha dejado de tener un cierta presencia militar allí hasta hoy.

La República centroafricana no hatenido más de diez años de paz. Todos los regímenes que se han sucedido, hansido caracterizados por la corrupción, el clientelismo, la barbarie, el etnismo y tantos otros males que hacen que un país, en lugar de avanzar, retrocede o se estanca. David Dacko, el primer presidente de la República libre fue sustituido por el famoso Bokassa. Este se ilustró en la matanza de todos sus opositores y en la coronación como emperador en 1977. En 1978, Bokassa fue expulsado del poder por una operación militar francesa llamada "Barracuda". Dacko volvió al poder con la bendición de Francia.

El 1 de septiembre de 1981, en un clima de graves inseguridades, Dacko deja el poder al general Kolingba. En1993, Kolingba pierde las elecciones, las únicas bien organizadas, a favor de Ange Felix Patassé. Este pretendido demócrata se convierte en un verdadero demagogo y hunde el país en la miseria. Completamente impopular, Patassé es depuesto por el general Bozizé en 2003, después de sangrientos enfrentamientos.Bozizé deja el poder huyendo ante el avance de la coalición seleka, compuesta de tribus musulmanes del norte el 24 de marzo de 2013. Desde entonces, el paísestá un caos indescriptible con una coalición de musulmanes en un país mayoritariamente cristiano.

Como se ve, el país nunca ha tenido momentos de paz duradera. Los dirigentes sucesivos se han dejado llevar por la corrupción y la demagogia inútil. El país no ha avanzado mucho. Las infraestructuras siguen al nivel embrionario; los servicios sociales son moribundos; la economía está por los suelos. El riesgo de islamización forzada es real o latente.

Con la llegada de seleka, todo seha complicado todavía. Estos se han dedicado a saquear lo poco que había; han destruido todas las estructuras del Estado, los archivos, la administración. Cinco meses después, el país sigue hundiéndose. No faltan quienes se atreven a decir que estamos ante la desaparición del Estado en cuanto tal. El caos es generalizado; la justicia ya no existe; la policía ha dejado de funcionar; las provincias están en manos de los señores de la guerra. Las nuevas autoridades no consiguen parar la sangría.

Es en este ambiente que celebramos hoy el día de la independencia. Nadie de los centroafricanos sabe realmente el significado de esta palabra en toda su amplitud. ¿Somos libres cuando el hambre nos acecha? ¿cuando se quema nuestras casas? ¿cuando nadie puede circular libremente en el país sin temor a ser secuestrado, golpeado o matado?¿Somos independiente cuando no podemos tomar nuestras opciones políticas o económicas?

Lo único que queda es la esperanza de que todo tiene fin en algún momento. La historia es el único maestro que no engaña. El tiempo acaba arrastrando todo hacia la noche del olvido. Los centroafricanos harían bien de precipitar la historia para que los mejores tiempos lleguen cuanto antes.

"Feliz fiesta a los que quieren y pueden celebrar"

Gaetan

Urwibutso Nyirangarama (Rwanda)

Escrito por gaetan 06-07-2013 en General. Comentarios (0)

Urwibutso ou l'exemple d'un dévéloppement rural

Je reviens du Rwanda après plusieurs années d'absence. J'ai pu visiter plusieurs coins du pays. Plusieurs initiatives dedéveloppement sont mises en marche dans beaucoup d'endroits. Cependant, l'entreprise Urwibutso de Nyirangarama dans le district de Rulindo a le plus attiré mon attention pour son originalité, la diversification de ses produits et l'intégration populaire dans ses activités.

Cette entreprise est née d'un enfant du coin qui s'appelle Sina Gérard vers les années 80. A cette époque, Nyirangarama était un petit centre dominé par les restaurants des hommes importants comme Damien Libakare et Claver Mvejuru. Tous les véhicules en direction de Ruhengeli - Gisenyi, s'arrêtaient pour y prendre le repas ou étancher la soif. C'est en ce moment là que Sina démarra sa créativité.

Il initia d'abord un petit commerce qui ne pouvait, en aucun cas, concurrencer les anciens de la place. La nuit, à la fermeture des grands restaurants, il vendait de petits articles de première nécessité et préparait l'omelette pour les voyageurs nocturnes. Personne ne faisait attention à l'évolution lente mais sure de ce garçon qui brillait pour son respect, sa propreté et la qualité de son service. Petit à petit, son nom commença à être connu. Il roulait à vélo.

Vers les années 90, Sina fit un saut qualitatif important. Il inventa urwibutso (souvenir). Au départ, Il s'agissait d'une sorte de petit beignet original made in Nyirangarama, recette introuvable ailleurs. Très vite, ce beignet atteind une telle renommée qu'aucune voiture ne passait à cet endroit sans marquer un arrêt et faire la commande. Ce fut le début de la grande aventure Urwibutso, actuellement en vogue. Plus tard, appuyé certainement par Damien dont il épousa la fille, ce qui était un petit commerce des articles, se transforma graduellement en une chaîne de production de produits alimentaires qui fait de Nyirangarama aujourd'hui un lieu d'arrêt obligatoire et une référence obligée pour le développement rural.


Nyirangarama est devenu une petite ville moderne.

Comme partout ailleurs, le génocide de 94 arrêta momentanément la croissance de ce qui devenait déjà un commerce prometteur. L'entreprise ne put reprendre que deux ans plus tard, prenant définitivement le nom d'Urwibutso en souvenir des fameux beignets . Mais, cette fois-ci, il ne s'agissait plus seulement des beignets mais d'une usine en bonne et due forme de fabrication des jus concentrés et d'une variété d'autres produits du champs. Des recettes nouvelles toutes originales les unes que les autres firent apparition pour le bonheur des passants, de tout le pays et finalement pour le marché extérieur. Ce qui était un petit noyau devint vite une affaire de grande envergure. Aujourd'hui, on y trouve une usine de fabrication de agashya (jus concentré de maracuja)introuvable ailleurs au Rwanda, akabanga (piment liquide), akarusho (vin debanane), akandi (eau potable embouteillée), le vin rouge produit des raisins plantés sur les collines de Tare, des biscuits issus des patates douces, une gamme variée de pains et de beignets etc.


L'usine de fabrication des jus agashya

Certains produits ont dépassé les frontières du Rwanda et ont valu à son inventeur des trophées de grande importante pour leur qualité et leur originalité. Des organismes d'Allemagne, des Etats-unis, de l'Angleterre etc ont décerné leurs coupes à l'entreprise. Les visiteurs de marque comme le président Paul Kagame, l'ancien premier ministre britannique Tony Blair y ont fait expressément leur visite.

Voulant valoriser l'agriculteur, Sina n'a rien laissé de côté. Son entreprise fait de l'élevage, un élément important du développement. A part la production des consommables, on trouve aussi développé l'élevage des porcs, des vaches, des chiens de garde, des lapins etc.

Cependant ce qui fait de cette entreprise quelque chose d'intéressant, c'est sa capacité à intégrer les habitants du lieu dans sa philosophie:  L'entreprise utilise au maximum de ses activités, plus de 300 travailleurs fixes et plus 300 ouvriers temporaires,  presque tous enfants du milieu. On y retrouve ceux qui ont fait des études universitaires et ceux qui n'ont pas eu l'opportunité d'étudier. Bien plus, l'entreprise achète tous les produits du champ que les habitants de la zone lui présentent. C'est une façon de les aider  à s'auto-prendre en charge.

Dans le cadre du développement durable à long terme, Sina Gérard a créé une école primaire et secondaire où étudient, presque gratuitement ou à moindres frais, tous les enfants du district de Rulindo qui ne trouvent nulle part ailleurs où aller. Actuellement, l'école compte plus de 800 élèves. Ceux qui rentrent tous les jours chez eux ne paient rien. Ceux qui y résident donnent une contribution pour leur prise-en-charge alimentaire. Cet élément est très important si on veut regarder loin dans l'avenir de la région. Au moment où l'enseignement coûte très cher au Rwanda, la création de cette école a été une aubaine pour les voisins de l'entreprise Urwibutso.


Abbé Gaétan et Sina devant les élèves

En visitant les installations de cette entreprise et ses différentes activités, j'ai été sidéré par la quantité de travailleurs et la qualité du travail qui s'y fait. Plus particulièrement, j'étais frappé par le fait que l'entreprise est basé sur un principe d'équilibre moral et d'amour fraternel entre les ouvriers. De fait, chaque jeudi, tous les catholiques (y compris le patron et sa femme) sont priés de démarrer la journée par une heure de prière dans une des salles.

Bien évidemment, à la longue, il faudrait éviter que le travail professionnel ne se confonde avec les sentiments religieux! Par ailleurs, on pourrait conseiller au responsable de la société de mettre en place un système informatique solide, capable de synthétiser tout le travail fait pour la modernisation du business et sa durabilité. Une entreprise de si grande taille ne peut durer dans le temps et compétir valablement sur le marché national et international que s'il est géré par des outils modernes et du personnel intellectuellement compétent.


AgashyaVin de banane

Nous disons merci à Sina Gérard pour ses initiatives et sa vision. Si on avait une vingtaine d'entreprises comme Urwibutso au Rwanda, je ne doute pas que les zones rurales atteindraient un niveau de développement harmonieux dans un temps record.

Abbé Gaétan

18 de mayo de 2013

Escrito por gaetan 18-05-2013 en General. Comentarios (0)

Extrait du discours de N. Tiangaye devant le Conseil de Nations Unies

 L’offensive de la Seleka a réduit à néant l’appareil de maintien de l’ordre. Les forces de défense et de sécurité, gendarmerie, police armée se sont désintégrées. En dépit des appels répétés qui demandent aux anciennes forces de maintien de l’ordre et de sécurité de reprendre leurs fonctions, à ce jour, seul un petit nombre des officiers des forces armées et de la police ont intégré les rangs. Même si la Seleka, après sa prise de pouvoir, contrôle tous les leviers politiques et militaires du pays, elle n’arrive pas à rétablir l’ordre. En dépit des efforts fournis par le gouvernement dans le domaine du DDR et de la RSS, Réforme du Secteur de la Sécurité, les résultats n’ont pas été à la hauteur de l’investissement. La Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale, qui avait déployé près de 700 hommes, a vu ses efforts portés à 2000 hommes, d’où l’urgence de les déployer, pleinement équipés et entraînés avec un mandat d’usage de la force. La réforme du Secteur de Sécurité longtemps restée en veille devrait être activée en vue de jeter les bases de nouvelles forces de défense et de sécurité. En ce qui concerne les Droits de l’Homme, la situation qui était déjà précaire, s’est dégradée au cours du conflit, avec des exécutions sommaires, des attaques ciblées motivées par l’appartenance religieuse ou tribale, violences faites sur les femmes et les filles, recrutement d’enfants soldats etc. En somme, toutes les violations des droits sont là et il nous faudrait trouver les voies et moyens de les éradiquer. En ce qui concerne la situation humanitaire, elle s’est aggravée après la prise de Bangui ; près de 47000 personnes ont fui le pays pour se réfugier en République Démocratique du Congo, au Congo, au Cameroun et au Tchad. Près de 1500000 déplacés internes. Et l’absence du corridor humanitaire, l’insécurité, le pillage des biens, entrepôts et véhicules des Organisations Non Gouvernementales compliquent l’action de secours et autre assistance à apporter aux populations.

 Cette situation chaotique nous conduit à demander au Conseil de Sécurité de se saisir du dossier de la République Centrafricaine, de l’inscrire sur son agenda, et qu’elle ne soit plus une crise oubliée.

 Face à la liquéfaction de l’armée et pour sauver la population aujourd’hui en grande détresse, et avant le déploiement indispensable des forces de la MICOPAX de 2000 hommes dont nous souhaitons l’ouverture aux autres états non membres de la CEAAC, nous demandons à la France bénéficiant d’un mandat clair des Nations Unies, d’intervenir en procédant par la force au désarmement des éléments de la Seleka. Le peuple centrafricain, qui souffre en ce moment des exactions de la Seleka, en a grandement besoin.

 Aussi demandons-nous à l’Union Européenne et à l’Union Africaine de tout mettre en œuvre pour appuyer financièrement et/ou en offrant des moyens aux forces qui interviendraient au titre de cette mission, demandons-nous aux Nations Unies de désigner un rapporteur spécial chargé d’enquêter sur les violations des Droits de l’Homme en République Centrafricaine afin de déterminer l’étendue des crimes et entamer des poursuites contre leurs auteurs devant les juridictions tant nationale qu’internationale, d’aider à l’ouverture des couloirs humanitaires afin de permettre aux humanitaires d’apporter secours et assistance aux populations et autres personnes déplacées, appellons la communauté internationale à se mobiliser afin d’apporter une aide d’urgence conséquente indispensable à la survie de plus d’un million cinq cent mille victimes en dehors de secours, suggérons-nous enfin que dans le cadre de la Commission de Consolidation de la Paix que la configuration de la République Centrafricaine dont la présidence est restait inoccupée, soit pourvue, et cela d’un commun accord avec les autorités de la République Centrafricaine.

 Lorsque nous aurons achevé de résoudre la situation sécuritaire, ne serait-ce que partiellement, c’est à partir de ce moment que nous allons nous atteler à reconstruire l’Etat et envisager de préparer sereinement les élections que tout le monde souhaite transparentes et crédibles."

18 de mayo de 2013

Escrito por gaetan 18-05-2013 en General. Comentarios (0)

 

Centrafrique : Seleka, deux mois après

L’impossible quadrature du cercle

 Fanny MinaoN'Diaye

Rédactrice en Chef adjointe

 

 La guerre éclaire de la Séléka, qui en moinsde 2 mois avait investi le pouvoir en Centrafrique, avait époustouflé le mondemilitaire.

 Et c'était à qui en Occident de louer lestalents stratégiques des penseurs de la Séléka.

 En même temps, pour tempérer, la Séléka avaitaffronté qui ?

 L'armée centrafricaine quasiment désarmée parBozizé ? Et déjà démotivée et démobilisée n'était pas de taille.

 Et c'était quasiment sans péril que la Sélékainvestissait les territoires centrafricains.

 Maintenant, ils sont là, ils ont le pouvoir,et pourquoi en faire ?

 Le deal entre Michel Djotodia et les chefsmilitaires de la Séléka, dont le désormais célèbre Nourredine Adam, c'était :"A toi Michel la politique et à nous l'armée."

 Mais le Michel a failli par imprévision.

 Déjà fin Janvier, Nourredine lui disait :"Fallait pas y aller et rester en dehors pour mettre la pression surBozizé."

 Il parlait du gouvernement d'union nationalinstauré unilatéralement par Bozizé.

 Et après ses agitations, Nourredine entre dansles rangs, mais....

 Il est le premier à constater quepolitiquement ça ne va pas.

 Le plan politique de Djotodia ? Il n'existepas.

 Ce qui fait que actuellement, les tensionsentre les deux hommes sont plus que palpables.

 Le bruit circulait même la semaine dernière àBangui que Nourredine Adam tenterait de déposer Djotodia.

 Absurde ! il n'est pas fou à ce point.

 

 LE DESERT POLITIQUE

 

 'Gouverner c'est prévoir', une citation bienconnue d'Emile Girardin, homme politique et un journaliste français.

 Et le moins que l'on puisse dire, c'est que,pour ne pas avoir prévu, la Séléka ne peut pas gouverner.

 On ne peut faire dans l'improvisation quand onest à la tête d'un pays, quelqu'il soit, et quelque soit la manière dont on n'yest parvenu.

 Michel Djotodia qui actuellement s'active dansle vide, ne peut pas dire qu'il ne savait pas.

 Les caisses de l'Etat sont vides ! il ledécouvre ?

 Bozizé bon an mal an, faisait du Bokassa, enjouant sur les aides des bailleurs internationaux, afin de boucler les fins demois.

 Et d'une certaine manière, en ayant intégré laPPTE, le programme du FMI envers les pays pauvres très endettés, il jouissaitde certains subsides par ci par là.

 A tel point que, même petitement, la RCAredevenait crédible à l'international du point de vue économique.

 Dorénavant, ce processus est cassé.

 Et nombre de financements internationaux, à labase destinés à la RCA, prennent maintenant le chemin du Tchad et du Cameroun.

 Car dans cette crise centrafricaine, ce sontles deux pays qui ont le mieux su tirer les marrons du feu.

 

 Quand on arrive au pouvoir par la force, etque en soi, on est incapable seul de gérer, il faut savoir rassurerl'international immédiatment.

 Et l'International a vite fait de caricaturer,et n'aime pas le désordre.

 Et le désordre en Centrafrique depuis que laSéléka est là, est légion.

 Pillages et exactions sans fin, unecatastrophe pour l'image de la RCA dans le monde.

 Chose incompréhensible venant de gens quidisciplinés ont su militairement contrôler le pays.

 Personne ne peut croire que ce sont ces mêmesSéléka, si doués avec les armes qui sont dans ces exactions.

 La discipline a disparu, car la chaîne decommandement, sitôt la victoire acquise s'est délitée.

 Et les faiblesse de la coalition ont demanière sanglante réapparues.

 Or un soldat de la Séléka obéit d'abord auchef de son entité politique, avant d'obéir au chef suprême de la coalition.

 Tant que ça luttait contre Bozizé l'ennemicommun, tout allait bien.

 Plus maintenant qu'il n'est plus là.

 

 L'histoire nous apprend une chose trèsimportante.

 Quand les hordes allemandes envahissaient laFrance en 1939, derrière, se mettait en place les structures de contrôlepolitique, gérées par les innommables nazis.

 Ce que l'on doit en retenir c'est que lesallemands planifiaient par avance, et l'attaque militaire, et la gestionpolitique des terres conquises.

 Et le défaut de la Séléka aura été de ne pasavoir su, ne serait-ce que mettre en place un embryon de capacité politique.

 

 Et on s'en remet à Nicolas Tiangaye, ladernière personne à les soutenir.

 Jouissant d'une crédibilité internationalepour on ne sait quelle raison, Nicolas Tiangaye ne roule que pour NicolasTiangaye.

 L'épisode d'avec Bozizé lui fut trèsfructueux. Arrangements secrets entre eux deux pour faire passer la pilule dufeu gouvernement d'union nationale.

 

 LES PASSAGERS DU VENT

 

 Et qui peut croire que après s'être donnépendant 18 mois, ce sera à la fin 'Au revoir monsieur, place aux autres ?;"et que Tiangaye s'en irait comme ça ?

 La même chose pour tous les autres.

 Ils feraient le boulot qui sera ensuite leprofit des Ziguélé et autres bien à l'affût ne se mouillant pas ?

 Qui est assez bête pour croire ça ?

 

 Nicolas Tiangaye sachant la planche savonnée,n'hésite pas à déliter la victoire militaire de la Séléka.

 Car là faire appel à la France pour faire untravail relevant des Séléka, c'est et un aveu d'échec, et une prise dedistance.

 

 La Centrafrique politiquement parlant est biendans une transition et dans un éphémère.

 Une parenthèse pour toutes les magouilles etcalculs politiques sournois.

 Car on se moque bien de ce CNT, un vraibréviaire à la Prévert, avec n'importe qui dedans.

 Tout le monde sait bien que la vérité nesortira que dans 18 mois.

 En attendant, le cocu de l'affaire, c'est lepeuple